Lundi 26 Juin 2017

Concours Mohamed Reggab de court métrage Premier tremplin dédié aux membres des ciné-clubs

Publié le : 31/08/2013
Concours Mohamed Reggab de court métrage
Premier tremplin dédié aux membres des ciné-clubs

Les faits : Du 4 au 7 septembre, Mohammedia accueille le Concours Mohamed Reggab de court métrage, une compétition organisée dans le cadre de la cinquième édition de l’Université d’été du cinéma et de l’audiovisuel. Pour cette édition, douze courts métrages, d’une durée de moins de 30 minutes chacun, sont en lice pour les prix réservés aux gagnants. Les candidats représentent des ciné-clubs de différentes villes du Royaume, dont Rabat, Casablanca, Tanger, Meknès, Guercif ou encore Errich.

 

D ans le cadre de la cinquième édition de l’Université d’été du cinéma et de l’audiovisuel, la Fédération nationale des ciné-clubs au Maroc introduit le Concours Mohamed Reggab de court métrage. Prévue du 4 au 7 septembre, cette compétition mettra aux prises douze courts métrages réalisés par des cinéphiles adhérant aux ciné-clubs de différentes régions du Royaume : Rabat, Casablanca, Fès, Tanger, Meknès, Oujda, Khouribga, Kénitra, Sidi Slimane, Sidi Kacem, Errich et Guercif. Les films en lice sont fraîchement réalisés et ne dépassent pas 30 minutes chacun. C’est ce qu’a exigé également la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc pour les opuscules retenus pour cette édition.

Pour départager les candidats, les organisateurs ont concocté un jury avisé de la scène cinématographique marocaine, tous genres confondus, y compris le court métrage. Présidé par le critique de cinéma Mokhtar Aït Omar, ce jury est composé des journalistes et des critiques de cinéma Ahmed Sijilmassi, Abdelilah Al Jaouhari et Hassan Ouahbi, et de Aziz El Arbai, président du ciné-club Don-Quichotte de Tanger.

Prévu à l’origine à la Maison de culture Mohamed Belarbi à Mohammedia, l’événement aura lieu finalement lieu au complexe culturel Sidi-Belyout de Casablanca. Ce changement de programme tient à des raisons d’organisation. «L’événement sera délocalisé au complexe culturel Sidi Belyout de Casablanca en lieu et place de la maison de culture Mohamed Belarbi à Mohammedia. Et ce, en raison du fait que cet établissement ne dispose pas d’une sonorisation convenable. C’est le cas aussi du théâtre municipal, baptisé après moult tractations du nom du militant Abderrahim Bouabid et qui a nécessité un budget global de 70 millions de dirhams», précise Abdelkhalek Belarbi, président de la Fédération nationale des ciné-clubs au Maroc.

Cependant, pour dédommager le public de Mohammedia, les organisateurs ont décidé de programmer des projections en plein air chaque soir tout au long de cette édition. Dans ce sens, les films «La cinquième corde» de Selma Bergach, «Majid» de Nassim Abassi et «La Route vers Kaboul» de Brahim Chkiri seront projetés tous les soirs à partir de 21 h devant la maison de culture Mohamed Belarbi.

Pour mieux appuyer cet événement, le premier du genre dans la ville, la Fédération rend un vibrant hommage à ses membres décédés au cours de ces dernières années, en attribuant aux gagnants des prix en leur nom. Il s’agit du critique de cinéma Mohamed Dehane (Prix de la mise en scène) et Abderrazak Ghazi Fakhr, un des premiers trésoriers de la Fédération, chargé dans le temps de la distribution des films (Prix du meilleur scénario). À travers l’organisation de cette manifestation cinématographique, la Fédération ambitionne d’organiser cet événement à Mohammedia où il n’y a aucun ciné-club. Pire encore, la ville ne dispose actuellement d’aucune salle de cinéma, après la fermeture de trois cinémas : «Rex», «Miami» et «Najah».


Retour en force de l’Université d’été

Après dix ans d’éclipse, l’Université d’été du cinéma et de l’audiovisuel signe cette année son retour en force. Cette manifestation vise à assurer une formation en matière de gestion culturelle et logistique au profit des animateurs des ciné-clubs, et aussi à parrainer les jeunes cinéphiles pour leur offrir la possibilité de perfectionner leur savoir-faire cinématographique et, surtout, de réaliser et projeter leur premier film. Outre le volet concours et les caravanes de cinéma, le programme de l’Université comprend aussi des ateliers sur les techniques et les métiers du cinéma, ainsi que des débats sur des thèmes tels que «La critique de cinéma : genèse et identité» et «Les représentations du Sahara Marocain dans le cinéma». À cela s’ajoutent des séances de projection-discussion de films, notamment «Rashomon» du cinéaste japonais Akira Kurosawa et «le Voleur de bicyclette», un film central du néoréalisme italien signé Vittoria De Sica. Les organisateurs prévoient également un salon du livre sur le cinéma et une exposition des appareils photographiques et cinématographiques.

LE MATIN

Commentaires ( 0 )

Postez votre commentaire comment

1000/